• Douleur de l'epauleOpérations traitements chirurgie
  • Douleur du poignet et de la main - Canal carpien
  • Opération du poignet et de la main
  • Douleur et opération de l'épaule
  • Douleur et opération du coude
  • Douleur et opération de la cheville
  • Douleur et opération du genou
1 2 3 4 5 6 7

Dr Cottias - Opération / genou SYNDROME DE COMPRESSION DU SCIATIQUE POPLITE EXTERNE (SPE ou nerf péronier) Jambe sans repos

 

SYNDROME DE COMPRESSION DU SCIATIQUE POPLITE EXTERNE (SPE ou nerf péronier) Jambe sans repos

Neurolyse du nerf sciatique poplité externe (ou nerf péronier) Jambe sans repos

Anatomie :    

 

Le nerf  sciatique poplité externe est situé en arrière du fémur au niveau du col du péroné. Il est issu de la division du nerf sciatique en nerf péronier superficiel au niveau du col du péroné (la fibula) et du nerf tibial (poplité interne). Le nerf péronier innerve les muscles long péronier et court péronier. Il se termine en sous-cutané à la face dorsale du pied.

Il a une fonction motrice pour les muscles des loges antérieure et latérale de la jambe et du dos du pied. Il a une fonction sensitive sur la face antérieure de la jambe à la moitié inférieure, au bord du pied et du premier espace interdigital et du dos des dernières phalanges.

 

Description et Symptômes :

 

La compression du nerf péronier entraîne un déficit moteur à la marche. Le pied tombe vers le bas et nécessite un effort pour lever le pied, (steppage au stade de paralysie,  pied  tombant) ou  difficultés  pour  relever  les orteils. Le premier stade est souvent douloureux (douleurs  nocturnes et  variables en  intensité jusqu'à  la  disparition  ou  amélioration) au genou (sensation  d'étau  ou  de  garrot) ou au cou de pied ou vers la cuisse (paresthésies, piqûres), brûlures de  jambe,  impression de jambes lourdes  (le  genou  ne  tient  pas  ou a une  sensation  d'instabilité) ou ankylosées ou  à  l’inverse ("jambe  sans  repos"). Souvent,  il  existe  des  crampes de  la  cuisse ou  du  mollet  ou des  crampes du  genou en  arrière (craquer  le  genou) et  du  mollet, même  si  ces  crampes  sont  anciennes  et  à  l'effort. La  douleur  peut  ressembler  à  une sciatique, une  cruralgie ou  une  lombosciatique. Il  peut  y  avoir  un  trajet  de  sciatique ou  on  peut  avoir  des  douleurs  du  genou,  des  douleurs  du  genou et  de la fesse ou  des  douleurs  du  genou  et  de  la  cheville (syndrome  du  tunnel  tarsien  associé).

Parfois, le  patient (comme  pour  le  tunnel  tarsien)  est  exploré pour  des  douleurs  vasculaires  veineuses (varices  ou  insuffisance  veineuse) et  l'echodoppler  est  négatif (pas  de  phlébite).  

Cette compression survient plus généralement chez les hommes et est favorisée par une station à genoux prolongée, ou des jambes croisées, ou après un geste chirurgical.

Le diabète, les atteintes  de  la  thyroïde, la  polyarthrite  rhumatoïde favorisent ce  syndrome.

 

 

Diagnostic :

Lors de l'examen clinique, il peut exister un déficit de la flexion dorsale du pied et des orteils, Il existe une hypoesthésie de  la  face  externe  de  jambe ou de la face dorsale du pied, un syndrome irritatif au col du péroné ou  plus  bas avec reproduction des douleurs et des impressions cliniques.

 

Une échographie ou une IRM pourront être pratiquées pour éliminer un kyste intra nerveux ou  une  IRM  lombaire  pour  éliminer  une hernie  discale qui  comprime  le  nerf  dans le  dos.

Un bilan radiographique standard sera nécessaire à la recherche d'une autre cause.

Un électromyogramme(EMG) permettra d'affirmer ou d'infirmer le diagnostic de compression canalaire, (recherche d'une atteinte radiculaire ou d'une neuropathie) et indiquer la conduite à tenir, en sachant que l’EMG peut être normal (« Une symptomatologie non  classique   traitée par  neurolyse décompressive : à propos de 119 libérations du nerf fibulaire commun au col de la fibula majoritairement associé à la neurolyse du nerf tibial postérieur au tunnel tarsien »
P. Cottias/GEM, communication au Palais des Congrès, à Paris  décembre 2019 Paris et 94 ème réunion de la SOFCOT en novembre   2019).

Enfin,  tous  les  examens  peuvent  être  normaux ou montraient des  anomalies  inintreprétables ce  qui  désespèrent  le  patient...

 

Traitement :

Il est d'abord médical :  éviction des facteurs favorisants, rééducation fonctionnelle et le port d'une orthèse en cas de steppage important, infiltrations de corticoïdes au col du péroné.

En cas d'échec du traitement médical et de certitude diagnostique, on proposera une neurolyse du nerf péronier (SPE).

 

L’intervention chirurgicale vise à libérer le nerf péronier de sa compression dans l’aponévrose du jambier antérieur avec parfois l'ablation d'un kyste intra nerveux (schwanome). Elle est réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale.

Le patient est installé en décubitus dorsal avec coussin sous la fesse opposée. Le chirurgien réalise alors une incision externe centrée sur la tête du péroné.

 

Evolution :

L’hospitalisation peut être ambulatoire ou de quelques jours suivant la situation.

La récupération sensitive et motrice peut être longue : 18 mois à 2 ans.

Le port d'une orthèse pour releveur du pied est prescrit si  necessaire.

Un suivi régulier en consultation sera instauré.

 

 

Complications :

Les plus fréquentes :

L’hématome : comme toute chirurgie, il existe un risque d’hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.

 

Plus rarement :

L’infection profonde est possible. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il est fortement déconseillé de fumer ou de consommer des substances réprimandées pendant la période de cicatrisation, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d’infection.

L’algodystrophie est un phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois années), entraînant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.

Une atteinte nerveuse par persistance de l'inflammation, par neuropathie du nerf sciatique poplité externe ou par  blessure per-opératoire secondaire à des adhérences,

 

Autre : syndrome de loge, plaie artério-veineuse, phlébite, pyoderma gangrenosum....

 

 

 

Mots-Clefs :

Compression Sciatique poplité externe -  nerf péronier -  fibula - pied tombant – déficit moteur -  perte  de sensibilité du  genou - steppage - crampes  du  genou -  crampes  de  cuisse - crampes  du  mollet - jambes sans repos – lombo-sciatique - hernie  discale - test  infiltratif  aux  corticoïdes - Tunnel  tarsien - varices - echodoppler - insuffisance  veineuse -Phlébite - algodystrophie - fibromyalgie

 

 

 

PHOTOS :
 
Documents
Aucun.
 
 
 
 

Version française    English version
 

Retrouvez le Docteur Cottias sur :
 
    Les opérations
 

L'épaule

Le coude

Le poignet

La main

les doigts

La hanche

Le genou

La cheville

Le pied

Les avis sur le docteur Cottias : les bons choix santé

avis sur docteur cottias sur les bons choix sante

avis sur docteur cottias sur google

 

 
 
 
Docteur Pascal Cottias.
>> Rendez vous Public à Cochin (75014 PARIS): 01 58 41 30 41 (secrétariat : Rachida Rahal - rachida.rahal@aphp.fr)
>> Rendez vous en Privée : Pôle Santé de L'Ermitage
77190 Dammarie les Lys ou Clinique Rémusat, 21 rue Rémusat 75016 Paris :
06 41 04 27 60 (secrétariat commun)
Adresses :
♦ CHU Cochin, 27 rue du faubourg Saint-Jacques, 75014 Paris
♦ Pôle Santé de L'Ermitage, 186 rue Pierre Curie, 77190 Dammarie les Lys
♦ Clinique Rémusat, 21 rue Rémusat, 75016 Paris